Rechercher
  • Solène

"The Time traveler's wife" : une romance en forme de puzzle

Bonjour à toutes et à tous ! Aujourd’hui les chatons, j’avais très envie de vous parler d’un des livres qui m’a le plus marquée dans ma vie de jeune lectrice et auquel je voue une affection toute particulière.

Mais tout d’abord, une petite mise en contexte s’impose ! Je vous propose un petit voyage dans le temps, et ça tombe bien, c’est le thème de notre œuvre du jour ! Revenons donc quelques années en arrière, quand j’étais en deuxième année de licence de Langues Étrangères Appliquées à l’université. L’une de nos profs d’anglais nous avait donné une liste de livres en anglais. Parmi les ouvrages mentionnés, il fallait en choisir un, le lire, et en préparer un résumé.

Aucun livre ne m’inspirait réellement, jusqu’à ce que je lise le synopsis de The Time traveler’s wife de l’autrice américaine Audrey Niffenegger

(Le Temps n’est rien en version française.)



Le roman nous raconte la vie et le parcours de deux personnages principaux, Clare et Henry, ainsi que de leur histoire d’amour. Jusqu’ici, une histoire assez banale me direz-vous. Sauf que Clare a rencontré Henry quand elle avait 6 ans et lui 36, et qu’ils se sont mariés quand elle avait 22 ans et lui 30… Car Henry souffre d’une maladie inexplicable qui le propulse sans cesse à diverses époques de sa vie, passées comme futures, et cela de manière totalement imprévisible.


Dans un pavé de plus de 500 pages, Audrey Niffenegger réussit l'exploit de construire une histoire passionnante et véritablement hors du commun en nous offrant les points de vue de Clare et de Henry. Malgré un thème ambitieux et très complexe comme celui des voyages temporels, l’autrice tisse habilement un fil conducteur et nous fait naviguer sans peine entre plusieurs temporalités sans jamais nous perdre en chemin, en conservant cohérence et continuité tandis que l’histoire se poursuit.


Une confiance et une complicité sans faille, un juste équilibre entre sensualité et tendresse, une harmonie dans la vie comme au lit, un amour éternel à toute épreuve… Mais c’est super, en voilà une histoire d’amour parfaite ! On en viendrait presque à être envieux.se et à se demander si une telle relation amoureuse peut vraiment exister. Un véritable conte de fées en apparence, me direz-vous ! …

Sauf que cette histoire est très loin d’en être un. La réalité et la difficulté de la vie rattrape vite les deux protagonistes, et au passage nous aussi, lecteur. Nos personnages sont complexes, imparfaits, énervants, bourrés de défauts (en bref, humains), mais ils s’aiment obstinément, obsessivement. Et au final, je me suis vraiment demandé ce qui les unissait au fond, à part une passion physique qui semble totalement irrationnelle...


D’ordinaire je ne suis pas DU TOUT une adepte des romans d’amour. Pourtant, celui-ci en est bel et bien un (agrémenté de quelques passages érotiques, voilà, vous êtes prévenus). Mais, malgré certains moments très « cul-cul la praline » (exactement ce que je déteste dans ce genre), la part de science-fiction liée aux voyages dans le temps de Henry ainsi que l’originalité de l’histoire m’ont aidée à passer au-dessus et faire abstraction de mes réticences.

 

J’ouvre une petite parenthèse au cas où d'autres fans de la série Doctor Who comme moi me liraient !

Ce roman m’a fait penser à l’épisode 10 de la saison 6, « La Fille qui attendait », lorsqu'Amy attend...un certain temps... que Rory et le Docteur viennent la chercher. Mais évidemment il me rappelle encore plus l’histoire de River Song et du Docteur, qui voyagent tous deux dans le temps chacun de leur côté et se croisent toujours à des moments différents de leurs vies sans trop savoir à quel stade de leur relation ils en sont.

 

Mais revenons à notre histoire et concluons ! Malgré un couple « énervant », il y a dans les efforts de Clare et Henry pour tenter de mener une vie un tant soit peu normale quelque chose de terrible et tragique qui nous touche. En dépit de la force de leur amour, leur quête de bonheur sans cesse contrecarrée par une sorte de fatalité ne nous laisse pas insensibles.


Je dirais pour terminer qu’en ayant lu ce livre en version originale à l’époque je n’ai sans doute pas saisi toutes les subtilités de l’anglais, ce qui pourrait expliquer mon avis mitigé sur certains points. Mais The Time traveler’s wife est tout de même pour moi un roman fort et bouleversant (de par sa construction, son originalité, son histoire…) qui m’a profondément marquée et qui restera à vie dans un coin de mon cœur.


Merci de m'avoir lue et j'ai hâte de vous retrouver pour un nouvel article !

À moins que ce ne soit déjà fait...


Solène

11 vues0 commentaire