Rechercher
  • Lorène

« Monsieur Ibrahim et les fleurs du Coran » : Petit traité de tolérance

Bonjour les chatons, j’espère que vous allez bien !


En cette dernière semaine de 2020, je me suis dit : pourquoi ne pas écrire un article pour finir l’année comme elle a commencé, dans l’insouciance ? Le calme avant la tempête dirons-nous. Il s’agit d’un livre en toute légèreté mais qui offre une très jolie leçon de vie. J’ai nommé Monsieur Ibrahim et les fleurs du Coran d’Éric-Emmanuel Schmitt.



C’est un très court roman qui se lit en une petite heure tout au plus mais qui est gorgé d’amour et de bienveillance. Le personnage principal, Momo, bien qu’éloigné du personnage de Romain Gary dans "La vie devant soi", me fait penser à ce dernier tant par son insouciance, sa jeunesse et ses questions existentielles qu’il posera à Monsieur Ibrahim qui lui aussi, rappelle étrangement le personnage de Monsieur Hamil dans le roman de Gary.


Momo, de son vrai nom Moïse, est un jeune garçon juif habitant à Paris dont la vie a été ébranlée par le divorce de ses parents. Pour se consoler, il travailla pour se constituer un petit pécule pour… « aller voir les putes ». Les premières phrases du roman donnent déjà le ton qui, encore une fois, exprime son fort rapprochement avec "La vie devant soi". Vivant seul avec son père, Momo n’est pas très souvent chez lui, il erre dans les rues de Paris, à la recherche d’une vraie famille, d’un vrai témoignage d’amour. Il trouvera réconfort auprès de Monsieur Ibrahim et de leurs conversations aussi belles qu’existentielles.


Monsieur Ibrahim est un vieil homme, épicier de profession qui « contemple le monde de son tabouret ». Musulman soufi, Monsieur Ibrahim offre à Momo une vision sage et magnifique de la vie telle qu’elle est. Cette amitié entre ce jeune garçon juif et ce vieil homme musulman est une ode à la tolérance et à l’amour de l’autre, mais surtout offre un bel enseignement pour qui veut s’engager sur le chemin de la vie.


En voici un extrait :


« Une échelle a été mise devant nous pour nous évader, Momo. L’homme a d’abord été minéral, puis végétal, puis animal – ça, animal, il ne peut pas l’oublier, il a souvent tendance à le redevenir -, puis, il est devenu homme doué de connaissance, de raison, de foi. Tu imagines le chemin que tu as parcouru de la poussière jusqu’à aujourd’hui ? Et plus tard, lorsque tu auras dépassé ta condition d’homme, tu deviendras un ange. Tu en auras fini avec la terre. Quand tu danses, tu en as le pressentiment. »


Je vous conseille cette petite perle de sagesse, vous n’allez pas le regretter !


À bientôt,


Lorène

145 vues0 commentaire