Rechercher
  • Virginie

« Le Col de Py » : une ascension contre la maladie

Ho ho ho, bien le bonjour les chatons ! Aujourd’hui est un jour spécial, c’est le 6 décembre, célébration de Santa Klaus pour les pays germaniques ! En ce jour de fête qui célèbre la Saint-Nicolas, je souhaiterais que des valeurs d’amour et d’espoir soient véhiculées. A travers la bande dessinée, toutes les émotions peuvent passer, comme dans un bon livre, à la différence près que les images sont sous nos yeux. La BD que je vais vous présenter a été un de mes coups de cœur de l’année 2020, et pas seulement pour moi. En effet, elle fait partie de la sélection retenue pour le Prix des Rédacteurs 2020 organisé par sceneario.com. La BD en question, c’est Le Col de Py, d’Espé. Espé comme Espérance me direz-vous… En tout cas j’ai envie d’y croire et après cette lecture, on y croit.


« Les paroles s’envolent, les écrits restent » dit le dicton. Eh bien il en va de même pour les histoires, certains s’inventent et d’autres se racontent, avec le cœur. C’est le cas pour Le Col de Py, 104 pages d’espoir, d’amour et bienveillance à consommer sans modération.


Camille et Bastien forment un couple heureux. Entourés de leur famille et de leur fille Chloé, ils attendent un heureux événement, la naissance de leur second enfant. Malheureusement, les ombres de ce tableau de famille parfait vont très vite arriver. Leur deuxième enfant, Louis, se fait diagnostiquer de graves malformations cardiaques à la naissance. Tout au long de l’histoire, la question de l’opération restera entière…


La maladie est présente dans la vie de ce couple, mais la force de la famille pour affronter de telles épreuves n’a pas de limites. Les moments de bonheur sont bel et bien présents et une magnifique complicité entre Louis et Pablo, son grand-père, va s’installer au fil des pages. Je ne vous spoile pas l’histoire en vous dévoilant qu’une chose unit ces deux membres de la même famille, la maladie ; le grand-père luttant également contre une terrible maladie appelée cancer.


Je vous l’ai dit au tout début de l’article, c’est un jour particulier, la venue tant attendue de Saint-Nicolas auprès des enfants. Et cet incroyable moment de bonheur, pendant les fêtes de Noël, est illustré à merveille dans cette BD. Avec encore une fois deux messages forts : la famille est plus forte que la maladie, et il faut savoir profiter de tous les moments de bonheur que la vie peut offrir.

Je crois que vous avez compris à quel point cette BD m’a bouleversée de la plus belle des façons, d’autant plus qu’elle est tirée d’une histoire vraie. Cette relation d’amour inconditionnel entre grand-père et petit-fils malades donne les larmes aux yeux. Si la fin reste néanmoins triste, elle est également un merveilleux message d’espoir pour toute personne qui combat la maladie, quelle qu’elle soit. L’amour peut soulager tous les maux.


Cette bande dessinée soulève plusieurs thématiques fortes, la force de l’amour face à la maladie, la bienveillance, l’acceptation de vivre avec un être cher atteint d’une maladie qui peut l’empêcher de vivre pleinement son enfance. L’auteur-dessinateur a su tout de suite poser l’intrigue et attirer le lecteur – et ça n’a pas manqué pour moi -, ne serait-ce que par le titre. C’est à la fin de la BD qu’on comprend la force de ce titre qui, au départ, n’a rien d’évocateur. Le travail du dessin est juste admirable, avec une précision dans les traits et le choix des couleurs pour faire passer les émotions et les messages. Avec beaucoup de vérité et de pudeur, Espé présente sans détour toutes les situations auxquelles une famille peut assister lorsqu’un ou plusieurs proches sont touchés par la maladie.


Sur cette note de transmission d’amour et de vie entre deux êtres, je vous souhaite un magnifique Saint-Nicolas,


Virginie

7 vues0 commentaire