Rechercher
  • Solène

"L’Élixir d'amour" - "Le Poison d'amour" : les deux faces d'un sentiment mystérieux

Bonjour les chatons ! Aujourd’hui, c’est la Saint Valentin, et pour cette occasion j’ai sélectionné pour vous un diptyque de livres d’un auteur que j’apprécie énormément, deux petits ouvrages courts qui se complètent, se font écho, les deux faces de l’amour : L’Élixir d’amour et Le Poison d’amour d’Éric-Emmanuel Schmitt.


L’Élixir d’amour

Ce premier livre met en scène deux personnages, Louise et Adam, anciens amants séparés depuis cinq ans et vivant à présent chacun d’un côté de l’océan Atlantique : elle au Canada, lui en France. En démarrant une correspondance, ils échangent sur leur passé, les blessures et les échecs qui ont causé la fin de leur relation, et débattent sur l’amour, la passion. Est-il possible de provoquer l’amour, comme le ferait un élixir ? C’est le défi que vont se lancer Louise et Adam : déclencher des sentiments amoureux chez une tierce personne chacun de leur côté. Mais ce jeu n’est pas sans risque…


Je reconnais que le style épistolaire a l’avantage de rendre un récit plus clair, plus aéré et plus fluide (oui, oui, même dans Les Liaisons dangereuses), et pourtant ce n’est pas le style d’écriture que j’affectionne le plus !

Néanmoins j’ai apprécié la lecture de ce livre, qui se lit extrêmement rapidement d’ailleurs. Et sans doute même beaucoup trop rapidement ; c’est certainement pour cela que je n’ai pas pu m’imprégner à 100% de la réflexion qui y est proposée. Les phrases courtes, les lettres courtes… tout ceci fait qu’on tourne les pages très vite, et en tout cas pour ma part j’ai plutôt enchaîné les pages que je n’ai pris le temps d’apprécier l’écriture.

Pour autant j’ai pris un certain plaisir à suivre les échanges entre Louise et Adam, et j’ai beaucoup aimé la fin.

Je vous conseille donc sans hésiter ce petit livre très court qui se lit rapidement, mais où les réflexions sur les mécanismes de l’amour, sur la passion, le désir, le sexe et les relations amoureuses et charnelles sont très intéressantes.

 

Le Poison d’amour

Dans ce deuxième opus du diptyque de l’amour d’Éric-Emmanuel Schmitt, on suit quatre adolescentes de seize ans qui se sont jurées une amitié éternelle lorsqu’elles étaient enfants. Comme toute jeune fille, elles rêvent de connaître l’amour, et si possible le grand Amour. Et tandis que la pièce Roméo et Juliette de Shakespeare se prépare au lycée, un drame inattendu se trame également en coulisses…

Cette fois-ci, ce livre ne se présente pas sous la forme d’un échange de lettres, mais l’on suit les péripéties de nos quatre adolescentes à travers des extraits de leurs journaux intimes respectifs. Ces petits morceaux de vie intime rendent le livre encore plus vivant que le précédent : nous y découvrons quatre personnalités différentes, quatre points de vue différents, quatre ressentis différents pour une même situation.


Pour ma part, ce livre est mon préféré des deux dont je vous parle aujourd’hui. Celui-ci est plus tragique. On y voit les côtés négatifs et pervers de l’amour, comment celui-ci peut s’insinuer partout, s’infiltrer tel un poison (tiens donc !) dans le groupe le plus soudé, faire voler en éclats la plus pure des amitiés, briser une personne en mille morceaux...

Il y a un peu plus de matière et de profondeur à mon goût, l’intrigue est vraiment bien menée jusqu’à la fin. Personnellement je ne m’attendais pas forcément à cette chute. Peut-être que certains la verront arriver de loin, mais quoiqu’il en soit la psychologie des personnages est tellement bien décrite que l’aboutissement a moins d’importance que le chemin pour y parvenir.



En bref, je ne peux que vous recommander chaudement ces deux livres, courts et qui se lisent vite, mais pleins de pistes de réflexion intéressantes pour se questionner, se remettre en question, un peu comme dans tous les livres d’Éric-Emmanuel Schmitt. 😊


Voilà les chatons, c’est fini pour aujourd’hui. Je vous souhaite à toutes et à tous une joyeuse Saint Valentin !


Mais surtout n’oubliez pas : que vous soyez célibataires, en couple, mariés, pacsés, en union libre, c’est compliqué ou autre, peu importe ; le plus important est que vous soyez d’abord bien avec vous-mêmes.


Je vous fais de gros bisous virtuels, c’est doublement de circonstance !


Solène

13 vues0 commentaire