Rechercher
  • Solène

"L'attrape-cœurs " : hymne à l'adolescence

Bonjour les chatons !


Le mois de décembre est déjà bien entamé, commençons à nous mettre un peu dans l’ambiance de Noël si vous le voulez bien. Pour cela, rien de tel que de découvrir ou redécouvrir L’attrape-cœurs, le chef-d’œuvre de Jerome David Salinger (plus connu sous l’abréviation J.D. Salinger), hymne adolescent de plusieurs générations écrit après la Seconde Guerre Mondiale et qui continue aujourd’hui d’être lu et adulé dans le monde entier.



New-York. Début des années 1950.

Holden Caulfield est un adolescent de la bourgeoisie new-yorkaise renvoyé de son collège trois jours avant Noël.

N’osant pas l’annoncer à ses parents, celui-ci préfère la fugue à la honte de les décevoir.

Entièrement livré à lui-même, il va errer trois jours durant dans la ville qui ne dort jamais et vivre des aventures tour à tour cocasses, sordides et émouvantes qui le marqueront à vie.




 

Je dois vous faire une confidence : j’ai mis beaucoup de temps avant de lire ce livre. Ce dernier a trainé cinq ans dans ma bibliothèque avant que je me décide enfin à m’y atteler. Et quelle grave erreur d’avoir autant tardé ! Je ne me doutais pas qu’une petite pépite se cachait parmi tous mes livres, n’attendant que d’être lue.


En démarrant ma lecture, j’ai été très surprise d’être confrontée de but en blanc dès la première page à un style extrêmement familier. D’habitude ce n’est pas le genre d’écriture que j’affectionne, mais je dois dire que c’est très efficace et qu’à peine les premières lignes lues, j’étais déjà embarquée dans cette histoire extraordinaire sans pouvoir décrocher. D’un autre côté, le narrateur et protagoniste de cette histoire est un adolescent ; le style familier est donc tout à fait cohérent.


Salinger venait d’atteindre la trentaine lorsqu’il a écrit L’attrape-cœurs, pourtant on pourrait réellement croire que c’est un adolescent qui a écrit le roman. L’auteur a su merveilleusement mettre des mots sur les doutes, les incertitudes et les inquiétudes qu’un ado peut ressentir face à l’approche de l’âge adulte, ainsi que la pression et les attentes que portent les « grandes personnes » (notamment les parents et les professeurs) sur un être plus tout à fait enfant mais pas encore adulte.


Ce qui m’a le plus marquée dans ce roman, c’est la personnalité superbement travaillée de Holden. Celui-ci est dépeint avec une extrême justesse et il dégage tellement de sincérité que c’en est troublant. Ce qui le rend très attachant, c’est sa complexité et ses contradictions : autant peut-il se montrer très mature dans ses réflexions car il porte un regard très critique sur la société et le monde qui l’entoure, autant peut-il aussi avoir des interrogations et des préoccupations existentielles, comme n’importe quel ado. Ecole, potes, filles, amourettes, premiers émois physiques, peur de l’avenir… Tous les thèmes de l’adolescence sont abordés.

Quoiqu’il en soit, Holden s’interroge sur le sens des choses, et ses réflexions sont légitimes et très lucides pour un « gamin ». J’en suis très vite venue à l’aimer, ce p’tit gars que j’ai accompagné dans ses errances citadines, seul dans l’immense ville de New-York, seul dans sa tête, seul avec lui-même face aux tourments qui le rongent. J’ai ressenti les interrogations qui l’assaillaient et le tiraillaient, j’ai compris à quel point la période qu’il était en train de vivre était décisive.

Même en étant sortie de l’adolescence depuis une dizaine d’années, je me suis complètement retrouvée en lui. Son histoire nous parle, on est tous passés par ce genre de doutes et de questionnements à un moment donné.


En plus d'un magnifique tableau des tourments de l’adolescence, ce roman est aussi une très belle ode à la famille et à l’amour fraternel. En effet, malgré les défauts qu’on peut lui reprocher et son égoïsme adolescent, Holden aime inconditionnellement sa petite sœur et s’emploie corps et âme à la rendre heureuse. Sa relation avec ses parents est également touchante, tout comme celle qu’il entretient avec un de ses professeurs. Mais chut, à vous de découvrir le reste !


Entamé sans grande conviction parce qu’il trainait dans ma bibliothèque, je dois finalement bien avouer que ce livre m’a littéralement attrapé le cœur.


Merci de m’avoir lue, j’espère que ce livre vous bouleversera autant que moi, et je vous dis à très bientôt !


Solène

13 vues0 commentaire