Rechercher
  • Solène

"L'Ange de Munich" : lumière sur un secret d’État bien gardé

Guten Tag, Kätzchen!


En ce moi de mai et au jour de la célébration de l’armistice du 8 mai 1945, restons dans le thème de la Seconde Guerre Mondiale avec un roman sorti en mars de cette année (le jour de mon anniversaire 😊) : L’Ange de Munich, de Fabiano Massimi, aux éditions Albin Michel.

Nous sommes à Munich, en 1931. Une jeune fille est retrouvée morte dans un appartement, un pistolet à ses côtés. Tout porte à croire qu’il s’agit d’un suicide. Oui mais voilà : la défunte n’est autre que la nièce d’Adolf Hitler et l’arme retrouvée près de son corps, celle du futur Führer. Très vite, les deux commissaires chargés de l’affaire écartent la thèse du suicide et croient davantage à un assassinat...


 

Bon, je vous l’accorde, toute cette affaire se passe en réalité quelques années avant la Seconde Guerre Mondiale ; cependant, le nazisme commence à se mettre en place progressivement dans la société, et l’atmosphère qui règne dans le roman le montre bien.


La première chose intéressante à noter est que ce roman relate une histoire vraie. Tout au long de la lecture de l’œuvre, on sent l’important travail de recherche et de documentation effectué par l’auteur Fabiano Massimi afin de rester le plus fidèle et le plus exact en révélant au grand jour ce fait réel de l’Histoire très méconnu.


Ensuite, l’enquête est véritablement captivante et très bien menée du début à la fin. Le rythme est dynamique, ne laissant place à aucun temps mort ni aucun relâchement, pour nous plonger dans le grand tourbillon de l’Histoire, au cœur de secrets d’État, de machinations et de pressions politiques. Si vous avez déjà entendu parler de cette affaire, alors vous savez déjà probablement comment tout ceci se termine. Néanmoins, cela n'enlève rien au plaisir de la lecture de ce roman car la construction de l’enquête, les intrigues, les complots et les enjeux politiques sont habilement narrés et passionnants à suivre.


Le seul bémol, c’est le nombre important de personnages (évidemment tous avec un nom germanique, une pensée compatissante à celles et ceux qui n’ont jamais fait d’allemand à l’école 😊). Néanmoins, j’ai tout de même conscience que pour relater cette histoire le plus fidèlement possible, tous sont nécessaires à la bonne compréhension de l’intrigue, chacun ayant un rapport de près ou de loin avec l’affaire. Heureusement, un « glossaire » les répertorie tous à la fin du livre pour nous aider à nous rappeler qui est qui, qui occupait telle fonction, etc.


Pour conclure, je dirai que Fabiano Massimi signe ici un roman d’enquête palpitant, passionnant et ingénieux à travers les rouages, les zones d’ombre et les machinations qu’a connus l’Histoire, pour nous faire connaître un peu mieux ce fait réel qui n’a malheureusement jamais fait beaucoup parler de lui.


Enfin, si vous êtes férus d’Histoire, de romans historiques et d’enquêtes, je vous recommande chaudement ce roman qui se lit tout seul d'une traite !



Solène

9 vues0 commentaire