Rechercher
  • Virginie

Crocodiles, tortues, écureuils, muchachas et histoires d’amour s’invitent dans un roman en 7 tomes

Bonjour les chatons ! J’espère que vous allez bien, à trois jours de la venue du Père Noël qui va orner vos beaux sapins d’une pléthore de livres à lire 😉 En effet, place à Katherine Pancol et son heptalogie autour des aventures de Joséphine Cortès et toute sa famille ! De 2006 à 2010, elle a écrit la première saga « Les Yeux jaunes des crocodiles » « La Valse lente des tortues » « Les écureuils de Central Park sont tristes le lundi » ; suivi des « Muchachas 1, 2 et 3 » en 2014 et le livre final « Trois Baisers » en 2017. Il m’a fallu attendre des années pour connaître le dénouement de tous les héros, car oui, les héros, ce n’est pas ce qui manque sur une des plus belles pépites littéraires que cette autrice ait écrite.


Dès les premières lignes des « Yeux jaunes de crocodiles », le ton est donné, on ne va pas s’ennuyer « Joséphine poussa un écrit et lâcha l’éplucheur ». Plus tard, nous allons apprendre que cette réaction est due au décès de son mari et père de ses deux filles, Hortense et Zoé. Toute l’histoire va se créer autour de ce trio de têtes aux antipodes d’un point de vue physique, moral et professionnel. Joséphine a 40 ans et est historienne spécialisée dans le XIIème siècle ; Hortense est l’adolescente rebelle, passionnée par la mode et dotée d’une ambition telle que même l’expression « avoir les dents qui rayent le parquet » en devient dérisoire ; et Zoé, c’est la pré-adolescente avec une âme d’enfant, rondelette et qui dort avec un doudou. Plusieurs autres personnages vont très vite arriver, Philippe, le mari de sa sœur, Iris, bourgeoise et dotée d’une beauté à faire pâlir tous les mannequins ; Shirley, l’amie fidèle de Joséphine qui va s’avérer être une enfant illégitime de sang royal ; Gary, l’homme passionné par la musique qui va faire battre le cœur d’Hortense à s’en rompre ; et bien d’autres qui arrivent au fil des lectures. Tous les héros vont vivre les aléas de la roue de la vie et devront faire des choix qui feront accélérer, freiner ou encore stagner leur vie. Exactement comme dans le monde réel.


Vous l’aurez compris, ce sont des dizaines d’histoires très bien structurées qui habillent cette suite romanesque familiale. A aucun moment nous sommes perdu.e.s ! Si la lecture est facile et fluide, ce n’est pas un roman à prendre à la légère. Katherine Pancol a réussi un exploit littéraire, passionner les lectrices et les lecteurs par des histoires de la vie quotidienne, à tout âge de l’enfance à l’âge adulte en passant par l’adolescence, sur plusieurs années. Ne s’arrêtant pas là, Katherine Pancol offre des milliers de pages de bonheur qui vivent au fil du temps, voyant l’évolution des personnages et soulevant de nombreuses problématiques qui touchent différentes étapes de la vie.


L’amour reste un point central de cette pépite littéraire, l’amour maternelle, l’amour innocent, l’amour interdit, l’amour toxique, l’amour passionnel, l’amour avec un grand A ; le tout parsemé d’un humour fin et travaillé pour nous captiver. Absolument chacun d’entre nous se retrouvera dans cette heptalogie, soit dans un personnage, soit dans une situation. Je peux vous le dire maintenant, je les ai dévorés à une vitesse folle, et je crois bien que c’est ceux que j’ai lus avec le plus d’intensité dans mon chapitre de vie.


Et ce qui est encore plus fort, c’est l’importance qu’elle va porter sur les détails qui, comme elle l’écrit si bien dans le troisième tome « Il faut faire attention aux détails. Ils sèment notre vie de petits cailloux et nous guident. » C’est un merveilleux message d’espoir qu’elle apporte, faisant de chaque lectrice et lecteur un petit Poucet de la vie quotidienne, où chaque caillou semé sur le chemin de l’apprentissage de la vie aboutit à plusieurs formes de bonheur.


Passez de belles fêtes de Noël avec vos proches et enrichissez vos vies des détails d’aujourd’hui qui feront les souvenirs de demain,


Virginie

11 vues0 commentaire