Rechercher
  • Solène

"Antéchrista" : l'habit ne fait pas le moine

Aujourd’hui, parlons d’une autrice que j’aime beaucoup, même si je me sens toujours un peu mitigée à la fin de ses romans. J’ai nommé : Amélie Nothomb !


Tous ses livres sont très courts, vifs et percutants, et leurs fins ouvertes ne sont pas forcément du goût de tout le monde ! (Je préfère vraiment les fins « fermées » mais j’aime trop le style de Nothomb pour ne pas la lire hahaha !) Et celui-ci ne fait pas exception à la règle. L’héroïne principale s’appelle Blanche, et est comme qui dirait une jeune étudiante effacée, timide, solitaire. Alors quand Christa, une autre élève belle, audacieuse et populaire daigne s’intéresser à elle et qu’une amitié démarre entre les deux filles, Blanche n’en revient pas de sa chance et se donne corps et âme dans cette relation. Trop peut-être ? Car sous ses apparences charmeuses de fille parfaite, Christa est une redoutable manipulatrice qui berne tout son monde pour parvenir à ses fins et n’hésite pas à écraser les autres pour dorer son image…

Ce que j’ai adoré dans ce roman, qui est un de mes préférés de l’autrice belge, en termes de narration c’est la manière dont Christa s’immisce insidieusement dans la vie de Blanche et l’éclipse totalement aux yeux des autres. C’est terrifiant, et en même temps tellement réaliste ! Car des personnes comme elle, dangereuses et manipulatrices, existent bel et bien dans la vraie vie, et c’est ce qui est d’autant plus glaçant. L’histoire de Blanche pourrait nous arriver à tous, à un de nos proches, à nos enfants.

Ce livre m’a aussi beaucoup fait penser au harcèlement scolaire, qui est un sujet qui me tient particulièrement à cœur. Dans « Antéchrista », il ne s'agit pas de harcèlement scolaire à proprement parlé, mais l’attitude envahissante et rabaissante de Christa envers Blanche permet tout de même de tenter la comparaison.


Si je devais résumer ce livre je dirait qu'il dépeint avec justesse l’univers cruel des adolescents, leurs douleurs, leurs interrogations, leurs quêtes d’identité et la perfidie dont ils peuvent être capable les uns envers les autres. Je le recommande à tous, pour la beauté de l'écriture et comme une forme de prise de conscience et de « sensibilisation ».


A très bientôt pour une nouvelle critique !


Solène

13 vues0 commentaire